Le 3 novembre

Chère Maman

Nous vous remercions bien de votre lettre que nous avons reçu avant-hier ; l’adresse était bien mise et je ne sais pas pourquoi la poste a fait une erreur.

Nous sommes allés ce matin retirer l’argent au Crédit Lyonnais. Louis a du beaucoup vous inquiéter sur l’état de nos finances. Nous avons toujours tout payé comptant et avec les 600 fr que vous nous envoyez nous aurons bien suffisamment.

Nous vous remercions bien du cadeau que vous voulez nous faire ; il n’y a pour cela que l’embarras du choix. Comme service de table ou draps nous avons seulement l’indispensable et rien ne perdrait à être complété. Vous avez une très bonne idée de nous offrir quelque chose d’utile ; on fait ordinairement cadeau du luxe et on ne donne pas l’utile. Pour le moment nous aimons mieux une paire de drap qu’une douzaine de serviettes à thé brodées.

Maman va très bien et vous remercie de vos amitiés. Elle regrette de ne pouvoir vous écrire elle-même, si elle avait pu ce serait une chose déjà faite depuis longtemps.

Nous sommes encore à la rue Rougier mais jusqu’à demain seulement. Ensuite nous logerons chez nous, 22 rue St Savournin. C’est très amusant d’avoir un chez soi et de s’installer.

Je suis bien contente d’avoir Louis pour tous ces achats. Son œil va toujours mieux mais les progrès sont très lents. Ma cousine Jeanne a eu la semaine dernière un beau petit garçon. Maman et bébé vont très bien.

Nous sommes allés attendre Mademoiselle Clément à la gare l’autre soir, elle aussi va bien et a toujours autant d’entrain.

Chère Maman vos enfants vous embrassent affectueusement et vous remercient encore.

Alice