Mardi 12 juin1

Chère Maman

Nous ne savons pas encore au juste quand nous pourrons aller vous voir. Louis comptait demander sa permission en juin, mais il s’est laissé devancer par un autre officier au dragage. Cet officier doit rentrer vers le 23 juin. J’espère donc que nous aurons enfin en juillet le plaisir de vous revoir. Mais ce n’est pas encore sûr que le chef de service de Louis puisse le laisser partir à ce moment là.

Il a droit à 21 jours de permission ; plus 5 jours de délai de route et comme ils peuvent toujours partir la veille de la permission et ne revenir que le lendemain, ça lui fera en tout 28 jours, soit 3 bonnes semaines à passer près de vous.

Dès que nous serons à peu près fixés sur la date de notre voyage, je vous l’écrirai et j’écrirai aussi à la tante de La Motte que nous comptons aller voir cette fois-ci. Voilà 4 ans déjà que nous ne sommes plus allés lui dire bonjour. J’espère que je pourrai faire connaissance avec mes nouvelles cousines. Je me fais une joie de revoir la petite famille de Germaine et de faire connaissance avec Michel.

Pourvu que cette permission ne soit pas encore retardée. Depuis si longtemps déjà nous devons faire ce voyage et nous en sommes toujours empêchés.

Louis est assez pris ces temps-ci. Nous n’allons plus guère à la pêche qu’une fois par semaine. Il n’arrive à la maison qu’à 7 h ½ le soir.

Vous n’avez pas besoin de nous envoyer le chèque, nous n’en avons pas besoin.

Chère Maman, je vous embrasse bien affectueusement.

Alice


1Donc en 1917, 1923, .... vu le contexte 1917