Jeudi 1 janvier 1920


Ma chère Germaine

Je tiens à venir vous souhaiter bonne santé ainsi qu’à toute votre petite nichée et à Joseph. Je crois que c’est le 1er des biens, surtout dans une nombreuse famille. Je voudrais bien être comme l’année dernière à Poitiers, avec Louis en cette saison. Nos longues promenades sous la pluie étaient pleines de charme.

Le Clain doit être joli cette année avec les inondations que l’on signale de tous côtés.

J’espère que Louis sera de retour vers le milieu Janvier mais je n’ai pas encore été informée de son départ de Madagascar. C’est bien loin ce pays de sauvages, il ne me plaît pas. Il n’y a pas assez souvent de courrier et les voyages durent trop heureusement que suivant toutes probabilités Louis n’y retournera pas.

Je voudrais bien avoir des nouvelles de votre dernier n°.

Mon frère aîné me charge de vouloir bien vous demander la facture de son service de table dont il a été très content. Vous avez été bien aimable de le lui expédier. Ici c’est impossible d’en trouver.

Ma chère Germaine, je vous embrasse affectueusement et vous charge de vouloir bien transmettre mes amitiés à Joseph.

Alice