Mardi 14 février 1905


Ma chère Maman


Je commence à être sérieusement embêté, depuis que je suis à Sydney, je n'ai pas reçu de lettres de la maison. J'ai écrit au consul de Brisbane. Rien. J'ai été voir 4 fois celui de Sydney. Il n'a rien non plus ; je ne sais ce que cela veut dire. Est-ce que c'est à cause de cette affaire de service que tu ne veux plus écrire, eh bien le vice consul de San Francisco et celui de Sydney sont d'accord ; ils m'ont dit la même chose : de les laisser gratter du papier ; que je suis dans un cas de force majeur ; qu'il vaut mieux pour moi de m'occuper de rien ; que tout ce que je ferais ne servira qu'a compliquer l'histoire ; que la situation se dénouera d'elle même à mon arrivée ; car naviguant sous pavillon français je suis toujours sous les lois françaises. C'est un cas qui se produit tous les jours pour les inscrits maritimes ; seulement il est rare de trouver un commandant de recrutement si bête que celui de Poitiers. Est-ce que je peux empêcher les brassés carrés de venir t'annoncer que je suis déserteur ; laisse les dire ; ça m'est bien égal ; je n'en ferai pas plus de service pour ça. Si tu m'avais envoyé l'adresse du commandant de recrutement, je lui aurais écrit. Enfin ce qui est fait est fait ; je suis majeur, on ne te dira rien, laisse courir, je me charge de tout, et je m'en tirerai facilement pour cela il n'y a qu'a ne s'occuper de rien.

J'espère qu'à la maison tout le monde est en bonne santé ; quant à moi, tout va bien comme je te l'ai écrit, je suis débarqué du Versailles et je suis maintenant sur le Cassard.

Le capitaine Castex ma donné un bon certificat, et doit me recommander à Mr Liguinand ; je pense que le prochain voyage, j'embarquerai comme premier lieutenant à 100 ou 150 F par mois ; ça va dépendre du voyage que je finis maintenant.

Plus que 5 ou 6 mois, si nous allons en Europe ; j'arriverai probablement en France dans le mois de juillet. Le Cassard n'est pas encore chargé, mais en 3 jours ce sera fait car nous prenons du blé. Le Versailles est parti samedi dernier à 10 h du matin ; je ne sais pas ou il va . Quand je saurai ou va le Cassard, je te l'écrirai.

En ce moment, rien de nouveau sinon que le capitaine du Cassard est loufoque et que tout l'équipage du Versailles va aller au séminaire en arrivant en France.

Je commence à avoir assez de l'étranger ; et je pense que sitôt arrivé en France je vais aller dans un port quelconque passer mon examen puis faire mon service, je pense avoir quinze jours à un mois pour mon examen, j'en aurai certainement assez.

Enfin à bientôt.

J'embrasse toute la famille

Ton fils qui t'aime


Louis Marque

(ref info let19050214)