8 janvier 1938


Mon cher Joseph


Vous avez du apprendre par les journaux la perte du "Guaruja" échoué sur les côtes d'Espagne dans la nuit du 2 au 3 janvier.

Louis partait pour son dernier voyage ! ...

On ne sait rien sur les causes de l'accident. On parle de bombardement aérien, de mines flottantes ayant nécessité l'échouement et encore de mauvais temps et de brume, aucun télégramme n'est venu confirmer ces suppositions.

Le seul reçu par la Cie1 et qui a mis 48h a lui parvenir signale la perte du bateau et la mort du chef mécanicien, depuis j'ai pu savoir par l'inscription maritime que 19 hommes de l'équipage, dont Louis, étaient blessés légèrement et en traitement à l'hôpital d'Almeria. C'est tout ! tout le monde s'ingénie autour de moi à me procurer des nouvelles. J'ai moi-même télégraphier au Consul de France d'[illisible] mais je n'est pas eu de réponse, la censure ne laisse rien passer. Ils sont en Espagne gouvernementale !

Je n'ai pas besoin de vous parler de mon inquiétude et de mon angoisse, elle se devine aisément.

Si j'ai des renseignements plus précis je vous les communiquerai.

Un bateau de guerre est allé sur les lieux de l'accident, je souhaite surtout qu'il puisse ramener l'équipage.

Veuillez accepter et transmettre à Germaine mon meilleur souvenir


Alice

(ref info : let19380108)


1Société Générale des transports maritimes, d'après un site internet qui situe le naufrage : wrecked on Cape de Gate, Spain