sans(1) date

Ma chère maman.


J'espère que tu ne t'étonneras pas de me voir changer de papier à lettre, car l'autre est si petit, et après cinq mois passés entre le ciel et l'eau, quoique la vie à bord soit bien monotone, on a toujours beaucoup de choses à dire.

d'abord je prends au départ de Cherbourg :

1° incident j'ai le gros orteil du pied gauche écrasé par une malle de 145 K. dont une poignée casse.

2° Je suis rétabli dans mes fonctions de chef cambusier

3° cette fois c'est un accident pas encore entièrement passé mais qui je l'espère passera. C'est un effort2; pas une hernie. J'irai trouver un médecin dès que je le pourrai. Une preuve que ce ne peut être grave, c'est que je ne souffre pas et que je puis faire mon service sans la moindre gène.

Mais nous voici à la ligne ; au pot-au-noir (zone des pluies). Nous manquons de nous faire aborder par un trois-mâts que la brume avait empêché de voir il a passé à peut-être 100 mètres de notre avant. Puis vient le fameux baptême de la ligne. J'étais dans la mature avec un seau d'eau et une seringue ; le premier gendarme qui met le nez sur les barres de grand perroquet où j'étais a tout reçu dans la figure puis je me suis sauvé. Ils ont tous couru après moi pendant près d'une heure sans pouvoir m'attraper à la fin je me suis laissé prendre. Comme on a toujours des égards pour un cambusier on m'a demandé si je voulais recevoir le baptême complet ; et sur ma réponse affirmative, on m'a lu ma sentence et j'ai passé dans la baille deux fois car j'avais eu le toupet d'embrasser Mme Neptune sous le nez de son mari et de lui barbouiller la figure de suie d'huile et de goudron.

Ensuite viennent les pampères3 (sorte de cyclones sortis de la région des pampas) nous en avons eu deux. Puis voilà le terrible Cap Horn dont le froid annonce l'approche. La terre de feu nous apparaît un beau matin couverte de montagnes de neige et de glaces. Le vent étant contraire, il nous faut virer de bord et ce n'est que 5 jours après que nous pouvons doubler l'île des États. La alors commence le temps du Cap : de la neige, de la grêle. la bise souffle en tempête ; il faut mettre en capes sur les fixes misaine petit foc foc d'artimon et artimon de cape.

En fin nous doublons le Cap Horn ; avec un temps glacial. les manoeuvres sont dans une gaine de glace ; le pont quoique constamment couvert d'eau est gelé les haubans du vent ne forment plus qu'un bloc de glace. Nous courons sur une roche isolée située près du Cap (Diego) dans un grain, la nuit nous montons serrer les perroquets fixes ; mes gants étaient gelés sur mes mains ; quant à mon ciré, il était raide comme une plaque de fer. Le lendemain nous mettons en cape ; quelques heures plus tard, un vapeur nous signale la terre à 11 milles ; de deux choses l'une il faut ou s'échouer sur la côte alors nous sommes perdus ou souquer de toile au risque de perdre la mature et le bateau. C'est à ce dernier parti que le capitaine s'arrête ; on borde on hisse et nous voilà un peu de vitesse la mature en pliant enfin après plusieurs d'incertitude nous sommes parés. C'est dans ce moment des soupirs de soulagement à donner 15 noeuds de vitesse au Versailles ; mais nous sommes revenu aux États enfin après 35 jours de Cap Horn nous sommes parés et nous remontons dans le pacifique. La jusqu'à 45 nord les coups de mauvais temps n'ont pas discontinué. Un matin nous nous étions couchés à 4 heure, à 5 tout le monde sur le pont. A 5 ½ un paquet de mer est arrivé qui a blessé 4 hommes dont le lieutenant qui est resté près d'un jour sans connaissance une embarcation a eu ses saisines brisées le paquet l'a enlevée sur les porte-manteaux qui sont à 5 mètres au dessus du pont moi par bonheur j'ai pu sauter à temps dans la cuisine.

A partir de 45 jusqu'à présent nous n'avons eu que du beau temps. Il y a quelques jours, j'étais en retard à la ration ; en passant près du capitaine celui ci me donne un coup de pied qui ne fait que m'effleurer ; mais l'insulte était là faite en public. Je ne fais ni une ni deux mais je me retourne et me voilà devant le capitaine en position de boxe . "Pardon capitaine lui ai-je dit j'accepte les injures mais pas les brutalités". Devant mon air décidé, il est devenu pâle ; il fait un mouvement, mon poing se lève ; il recule " et si cela me plaît d'employer la brutalité" dit-il "eh bien capitaine ça ne vous plaira pas longtemps" Il est parti en grommelant des injures et moi en haussant dédaigneusement les épaules ; tous les matelots présents se détournaient pour rire à leur aise. le second lui-même est parti en se tordant "Voyez vous pas ce (p'tit mecq de rin) comme dirait marie qui voulez me passer une friction ; il n'est pas de force. Sans cela Ah pauvre de moi !!! Peut être me prenait il pour un de ses lieutenants du voyage dernier ? Je lui ai montré qu'il se trompait;

En ce moment nous sommes par 39° de latitude nord ; à environ 1000 milles de San Francisco nous courons à l'E N-E avec une belle brise de S-S-E dans 5 ou 6 jours nous pouvons être rendus.

nous avons aujourd'hui 147 jours de mer partis de Cherbourg et 156 de Hambourg ; par dessus le marché nous en mettrons bien une quinzaine pour être à destination. 171 jours c'est long ; on ne s'en fait pas une idée. Le seul jour intéressant c'est le dimanche parce que tout le monde est saoul ; alors on s'amuse.

malgré tout ce n'est pas intéressant pour moi le cambusier car toutes les bêtises qu'ils font me retombent sur le nez ; je ne leur donne pourtant pas à boire ; et je ne puis les empêcher de garder leur ration de tafia pour le dimanche.

Ce qui me console c'est que sur tous les bateaux c'est la même chose .

Aujourd'hui 6 octobre je viens de faire le manifeste des provisions du bord car nous sommes près de terre ; demain nous serons rendus. il est 5 h. du soir par malheur il fait presque calme.

10 h. le matin sommes en rade

Louis Marque

(ref info letvrshorn)

1La lettre n'est pas datée mais en fonction du contexte et de la fin on peut la dater du 5-6 octobre 1904

2effort : douleur vive produite par une tension trop brutale d'un ou de plusieurs muscles ; déchirure musculaire, hernie (G.D.E.L.)

3Pampero exactement dans le G.D.E.L.